Yoga comme thérapie du stress post traumatique

yoga.stress-post-traumatique

Qu’est ce qu’un traumatisme ?

Les événements traumatisants de la vie prennent de nombreuses formes. Il peut s’agir d’une agression physique ou sexuelle, d’un accident de voiture, de l’exposition à un acte de violence, du décès d’un être cher ou de la fin d’une relation. L’expérience de la maltraitance, de la négligence ou de la violence domestique pendant l’enfance peut également entraîner un stress traumatique permanent. Les traumatismes peuvent également résulter barrières sociétale permanentes auxquelles de nombreuses personnes doivent faire face, comme le stress du racisme, de la discrimination, de l’oppression …

Quelle que soit la source du traumatisme, la personne qui en est victime ne dispose pas des ressources nécessaires pour gérer la situation au moment où elle se produit. Il interfère avec leur capacité à se sentir vivants dans leur corps et dans leur esprit, et il perturbe leur sens même de l’existence.

Si cette détresse n’est pas traitée, elle peut conduire au développement du syndrome de stress post-traumatique (PTSD). Lorsque le traumatisme est le résultat d’événements traumatiques chroniques, répétés et continus, on parle de syndrome de stress post-traumatique complexe (CPTSD), qui se traduit par des dommages physiques et psychologiques encore plus graves.

Les symptômes du traumatisme

Les expériences traumatiques affectent l’esprit et le corps des personnes qui en sont victimes. Le traumatisme complexe a des répercussions sur tous les aspects du développement de l’enfant/adolescent : cognitif, émotionnel et physique.

Symptômes physiques

Les traumatismes non résolus peuvent avoir des conséquences importantes sur la santé physique.

Lors de tout événement stressant, l’organisme produit du cortisol, substance chimique associée au système nerveux sympathique et à la réaction de lutte ou de fuite. Lorsque le stress est permanent, l’organisme continue à produire de grandes quantités de cortisol.

Les problèmes de santé associés au stress chronique, dans lequel les cortisols sont élevés et l’immunité est supprimée, sont les suivants – Hypertension artérielle, déséquilibre de la glycémie, alimentation émotionnelle, consommation d’alcool, de caféine, de nicotine ou d’autres drogues, Digestion lente, Immunité supprimée :

Symptômes émotionnels

L’anxiété, les flashbacks, l’hypervigilance ou les cauchemars, sont parmi les perturbations les plus courantes. L’hypervigilance consiste à être sur ses gardes ou à être très sensible à son environnement afin de se protéger.

La dérégulation émotionnelle, les émotions envahissantes de tristesse, de colère ou de peur. Ces émotions peuvent sembler envahissantes ou même détourner votre relation à vous-même, et aux autres.

La honte et la dépréciation sont aussi des symptômes fréquents de l’état dépressif du stress post traumatique.

Afin de fuir les souvenirs des traumatismes, il est courant de développer des stratégies d’évitement (situations, personnes et lieux qui rappellent le passé). L’évitement est également maintenu par des défenses telles que le déni du passé, la répression des sentiments, la minimisation de la douleur ou la dissociation.

La dissociation, mécanisme de survie

La dissociation est un mécanisme d’évitement utilisé pour créer une distance par rapport aux émotions et sensations douloureuses. Lorsque nous sommes confrontés à un danger ou à une blessure permanente, nous apprenons à nous déconnecter de nous-mêmes afin de tolérer la douleur physique ou émotionnelle du souvenir de l’événement traumatique.

Cependant, lorsque nous sommes déconnectés de notre corps et de nous-mêmes, nous ne sommes pas en mesure de reconnaître les signes de danger, ce qui peut entraîner une menace ou une blessure supplémentaire. Nous ne sommes pas en mesure de reconnaître les signes de stress et ne pouvons donc pas compenser en prenant davantage soin de nous ou en résolvant les problèmes sous-jacents à l’origine du stress.

Le corps garde la mémoire du traumatisme

La douleur émotionnelle liée au traumatisme est stockée dans le corps longtemps après la fin d’un événement traumatique. Comme l’a décrit Bessel Van der Kolk, le corps garde la mémoire (the body keeps the score).

Le stockage des souvenirs traumatiques est adaptatif du point de vue de l’évolution. Nous devons nous souvenir de situations dangereuses ou menaçantes afin d’essayer d’éviter ces situations à l’avenir. Mais le fait de conserver ces souvenirs dans notre corps, au sens physique et émotionnel, peut créer beaucoup d’inconfort et de détresse.

L’approche somatique du traitement du traumatisme

Le traitement du traumatisme consiste à redonner à la personne un sentiment de sécurité, de pouvoir et de contrôle. Étant donné que les traumatismes affectent la physiologie du corps et que les souvenirs traumatiques sont souvent stockés de manière somatique, il y a de plus en plus d’approches thérapeutiques qui intègrent le corps.  Les thérapies cognitives reposent sur une approche descendante (top-down), tandis que les thérapies somatiques utilisent une approche ascendante (bottom-up) qui s’appuie sur l’expérience du corps comme porte d’entrée dans la vie intérieure d’une personne. Elles donnent la priorité à l’établissement d’un lien au niveau somatique, puis au traitement des émotions et des cognitions à partir de ce point d’entrée.

Yoga adapté au traumatisme ou trauma informed yoga

Comme la MBSR mindfulness based for stress reduction de Jon Kabat Zinn (pleine conscience pour la réduction du stress), le yoga adapté au traumatisme est né aux Etats Unis. Des thérapeutes, psychologues et yogis en contact avec des personnes hautement traumatisés (vétérans de guerre, victimes d’abus physiques et négligences psychologues) ont fait le constat de la limite des thérapies verbales dans la guérison de symptômes de stress post traumatique.

La pratique du yoga adapté au traumatisme en combinaison avec un suivi psychologique va permettre de :

  • développer la capacité à rester présent en tolérant l’expérience intérieure,
  • renouer une relation avec son corps en reprenant contact avec ses sensations physiques
  • activer le système nerveux para sympathique responsable de la relaxation physique
  • faire confiance à ses sensations
  • réguler ses émotions et en avoir moins peur
  • retrouver l’envie de prendre soin de soi

Cette pratique corporelle a ensuite un effet d’entraînement sur la santé émotionnelle et mentale, sur les relations et sur l’expérience de la vie dans le monde.

Yoga ou l’expérience de plénitude ou wholeness

Le yoga offre la possibilité de vivre une expérience de plénitude. La plénitude (wholeness) c’est être conscient et en contact avec soi-même partout dans son corps, c’est vivre dans son corps. Lorsque nous habitons notre corps, nous faisons l’expérience de nous-mêmes en tant que conscience, qui imprègne tout notre corps et notre environnement, en même temps.

Le traumatisme fragmente et limite notre intégralité. Le traumatisme nous sépare de notre corps, perturbe l’unité du corps et de l’esprit et l’unité de soi et des autres.

Lorsque nous incarnons notre intégralité, nos pensées, nos émotions, nos sensations et nos perceptions forment une unité. Nos sens fonctionnent comme une unité. Nos actions découlent d’une source unique de compréhension, d’émotion et de sensation physique

Être en contact intérieur avec notre corps, c’est en même temps être ouvert à notre environnement. Partout où nous sommes en contact avec nous-mêmes dans notre corps, nous sommes vivants et sensibles au monde qui nous entoure. Cela produit une expérience vécue de continuité et de connexion avec tout et tous ceux que nous rencontrons.

Sources :

Schwartz, Arielle. The Complex PTSD Workbook:

Schwartz, Arielle. The Post-Traumatic Growth Guidebook

Emerson, David; Hopper, Elizabeth. Overcoming Trauma through

Blackstone, Judith. Trauma and the Unbound Body

Mary NurrieStearns & Rick NurrieStearns. Yoga for emotional trauma